A l’Olympia : Maxime Le Forestier – Les 13 et 22 mai 2014

Maxime Le Forestier a choisi l’une des scènes les plus mythiques de Paris, celle de l’Olympia, pour présenter en live son nouvel album « Le Cadeau ». Rendez-vous les 13 et 22 mai 2014.

Avec la sortie (chez Polydor) de son nouvel album  Le Cadeau, c’est un joli présent musical, comme d’ailleurs son nom l’indique, que Maxime Le Forestier fait à ses fans, tandis que Le P’tit air qui l’accompagne est déjà dans toutes les têtes.

Maxime Le Forestier sera donc en mai prochain sur la scène de l’Olympia pour présenter en live Le Cadeau, mais pas seulement. Pour le plus grand bonheur de son public, l’artiste a également prévu de chanter ses plus grands succès. Car Maxime Le Forestier a maintenant derrière lui 40 ans d’une très belle carrière, jalonnée de chansons inoubliables, en commençant, dans les années 70, par San Francisco, Mon Frère, Parachutiste, Comme un arbre, Je veux quitter ce monde heureux... Il a même chanté Brassens dont il est l’héritier musical et dont il a fait les premières parties avant de connaître le succès.

Si certaines de ses chansons sont devenues cultes pour toute une génération (notamment San Francisco), Maxime Le Forestier ne s’est pas assoupi sur les lauriers de la gloire. Plus tard, il renouera avec le succès avec Né quelque part, Passer ma route, Restons amants

Au fil de ses 40 ans de carrière Maxime Le Forestier n’a cessé d’aller à la rencontre de son public en multipliant les tournées. Encore aujourd’hui, il prend régulièrement la route et son public est toujours fidèle au poste. Mais tout au long de ces quatre décennies, l’artiste n’a pas fait que composer pour lui et se produire en concert. Il a également composé la musique du film L’amour en herbe (en 1976), a fait une apparition au Théâtre du Gymnase dans Oh ! América ! (en 1970) ou composé les chansons du spectacle Spartacus le Gladiateur, d’Elie Chouraqui au Palais des Sports (en 2004).

Clin d’œil aux années 70, l’artiste est même revenu à San Francisco en 2011 pour inaugurer une plaque sur la célèbre « Maison bleue » de sa chanson alors qu’elle venait de retrouver sa couleur de l’époque.

Aujourd’hui, Maxime Le Forestier est sans conteste l’un des chanteurs les plus populaires de l’hexagone. C’est donc avec impatience que ses fans attendent son retour sur la scène parisienne pour découvrir en live Le Cadeau. Rendez-vous donc à l’Olympia, avec Maxime Le Forestier, les 13 et 25 mai 2014.

Plus d’infos sur le site officiel sur le site officiel de l’Olympia : www.olympiahall.com
Plus d’infos sur le site officiel de l’artiste : www.maximeleforestier.net
Toute reproduction interdite
Photo © Michael Crotto

Au Grand Rex : The Duke Ellington Orchestra – Le 29 avril 2014

Le Grand Rex propose une soirée exceptionnelle le 29 avril 2014 : un concert du « Duke Ellington Orchestra », dirigé par Paul Ellington, petit-fils du grand Duke. Un moment magique en perspective.

En invitant le Duke Ellington Orchestra à se produire dans sa grande salle fin avril, le Grand Rex va combler les mélomanes qui pourront ce soir-là réentendre, grâce au formidable orchestre dirigé par le petit-fils même de Duke Ellington, les grands standards musicaux de l’un des compositeurs américains les plus prolifiques du siècle dernier.

Pour des millions de musiciens, Duke Ellington, né Edward Kennedy « Duke » Ellington, en 1899 à Washington D.C., est un monstre sacré de la musique. Pianiste, jazzman de génie, extraordinaire compositeur de musiques de films et de comédies musicales, le Duke a passé plus de 50 ans de sa vie à la tête d’un orchestre inoubliable, le Duke Ellington Orchestra. Un ensemble formé en 1923, qui se composait de géants de la musique. Parmi les plus réputés de l’histoire du jazz, cet orchestre, qui donnera plus de 20 000 concerts dans le monde entier, Duke Ellington le dirigera jusqu’à sa mort, en 1974, à l’âge de 75 ans.

A son décès, les amoureux de jazz ont cru voir disparaître ce fameux orchestre. C’était sans compter sur le fils de Duke Ellington, Mercer, musicien également, qui avait notamment composé Things ain’t what they used to be pour son père. Il décide de reprendre les rênes de la formation et poursuit tournées et enregistrements.

A la mort de Mercer, en 1996, la relève familiale fait encore son oeuvre et c’est son fils, Paul, le petit-fils de Duke Ellington, qui reprend à son tour la tête de l’orchestre. Et c’est lui encore aujourd’hui qui dirige la formation et sera le 29 avril prochain au Grand Rex.

Une belle histoire musicale et familiale autour d’un orchestre qui tourne depuis près de 90 ans dans le monde entier sous la direction de trois générations d’une même famille.

Une belle soirée en perspective donc que celle que propose le Grand Rex le 29 avril 2014 avec le Duke Ellington Orchestra.

Plus d’infos : www.legrandrex.com
Toute reproduction interdite.

Palais des Congrès : Bollywood Express – Du 27 au 30 novembre 2014

C’est un spectacle musical flamboyant que présentera le Palais des Congrès de la Porte Maillot à Paris du 27 au 30 novembre 2014. « Bollywood Express » vous propose un voyage romantique et féerique dans un pays partagé entre tradition et modernité. 

C’est une comédie musicale haute en couleur que vous pourrez applaudir prochainement sur la scène du Palais des Congrès. Baptisée « Bollywood Express », ce spectacle est un déluge de couleurs, de musiques et de danses, avec pour toile de fond un voyage féerique et une histoire d’amour follement romantique.

Avant de se plonger dans la belle histoire de ce spectacle, il faut savoir que Bollywood (mélange de Bombay et Hollywood) est le nom donné à l’industrie du cinéma en Inde. L’histoire met en scène Varsha, une journaliste d’origine indienne vivant en Europe, et qui ne connait pas son pays d’origine. Envoyée en Inde pour un reportage sur le cinéma bollywoodien, elle va découvrir les décors d’un film, la Film City Dream Factory, mais aussi les bruits, les couleurs, les contrastes… de ce pays qu’elle ne connaissait pas.

Auprès d’un bel inconnu rencontré par hasard, qui lui propose de lui faire connaître l’Inde authentique, la jeune journaliste va partir pour un voyage extraordinaire, lors duquel elle découvrira ses racines, les paysages exotiques, des temples et palais somptueux jusqu’au majestueux Taj Mahal. Elle qui cherchait une grande histoire d’amour, s’apercevra qu’elle est en train de la vivre.

Dans « Bollywood Express », le public est immergé dans une atmosphère d’explosion des sens et de sentiments puissants. La trentaine d’artistes embarque les spectateurs dans un voyage magique à la découverte d’un pays partagé entre tradition et modernité, entre féerie et réalisme, tandis que des vidéos vous emmènent de la Mecque du cinéma au Rajasthan.

Cette comédie épique et follement romantique, sur laquelle souffle un grand vent de glamour, propose deux heures de chorégraphies somptueuses et de mélodies envoûtantes. Un joli moment d’évasion que ce show resplendissant,  joyeux et dépaysant, à découvrir au Palais des Congrès de la Porte Maillot du 27 au 30 novembre 2014.

Plus d’infos : indigo-productions.fr
Toute reproduction interdite

A Bobino : Messmer, le fascinateur – A partir du 31 octobre 2014

Les amateurs de sensations fortes vont adorer. Le célèbre hypnotiseur Messmer est de retour en Europe et à Paris. Il sera à Bobino à partir du 31 octobre 2014 où il présentera un nouveau spectacle à dormir debout. Bluffant.

Baptisé Le Fascinateur, Messmer est connu pour hypnotiser des personnalités, des anonymes et même des salles entières lors de shows époustouflants. Des spectacles à la fois bluffants et divertissants qui marient avec bonheur hypnose, émotions fortes et humour, histoire de relâcher un peu la pression. Et le public est de plus en plus nombreux à assister à ces shows incroyables, espérant vivre l’expérience d’être guidé dans un état d’hypnose.

Vous l’aurez compris, Messmer est un personnage hors du commun, qui un jour a décidé de partager sa passion avec le plus grand nombre. En effet, le fascinateur québécois s’est intéressé dès son plus jeune âge aux techniques de l’hypnose qu’il pratique réellement sur scène depuis 1990. Il raconte que c’est à l’âge de 7 ans que l’hypnose à commencer à le passionner alors que son grand-père lui avait offert un recueil sur le sujet. Le temps de plancher sur les techniques d’hypnose, de transfert d’énergie et de magnétisme, et le jeune Messmer commence à se produire sur scène, dans des petits spectacles ou des soirées privées. Il a 15 ans.

Plus tard, il développera encore ses techniques d’hypnose et décidera de prendre le nom de Messmer, qu’il emprunte à l’un des pionniers du magnétisme, Franz-Anton Mesmer, médecin autrichien du 19e siècle. Il y a joutera juste un S supplémentaire comme touche personnelle.

En 2007, Messmer débute à Montréal la tournée de son premier spectacle « Messmer, le fascinateur ». Il remporte un énorme succès qu’il confirmera plus tard en enchaînant les tournées, les festivals, les apparitions à la télévision… Messmer séduit, Messmer subjugue, Messmer fascine… ou inquiète. Toujours est-il qu’il s’attache les faveurs d’un public captivé et pour tout dire très impressionné par ses talents.

Messmer sera donc à Bobino en octobre prochain et vous propose de vous embarquer dans son « laboratoire intemporel »« vers d’incroyables aventures aux confins de votre subconscient ». Une expérience interactive, pleine de mystère et « sans trucage ».

Alors pour les amateurs mais aussi pour tous ceux qui souhaitent découvrir un spectacle étonnant et divertissant, rendez-vous à Bobino le 31 octobre 2014.

Plus d’infos sur le site officiel de Bobino : www.bobino.fr
Plus d’infos sur le site officiel de l’artiste : messmer.ca
Toute reproduction interdite

A l’Olympia : Des Beatles aux Rabeats – Le 24 janvier 2014

Véritable phénomène de la scène musicale, le groupe The Rabeats, qui interprète de façon prodigieuse les grands tubes des Beatles, sera  à l’Olympia le 24 janvier 2014.

Les nostalgiques des Beatles vont se régaler. Les Rabeats seront en concert à l’Olympia le 24 janvier prochain pour donner un concert 100% Beatles. Ils interpréteront une cinquantaine d’airs légendaires du groupe mythique, et notamment les plus grands succès tels Yesterday, Michelle, Yellow Submarine, Back in the USSR, Hey Jude, She loves you, Eleanor Rigby, Twist and Shout… 

Comme leur nom de l’indique pas, The Rabeats est un groupe français, composé de quatre musiciens d’Amiens passionnés par les Beatles : Marcello Mysterioso (guitares et chant), Dip (basse et chant), Sly (guitares, piano et chant) et Flamm (batterie et chant). A noter que Sly fait également une carrière en solo et a sorti un album Les Pensées magiques.

Le groupe, entièrement dédié au répertoire des Beatles, a été créé en 1991. Dans la foulée, ses membres ont même adopté le look des 4 garçons de Liverpool. Les Rabeats commencent à jouer dans les clubs, les bars… où leur interprétation saisissante fait sensation. L’aventure aurait pu s’arrêter là. C’était sans compter sur le flair du chanteur Pascal Obispo qui leur propose de faire la première partie de son Fan Tour d’octobre 2003 à avril 2004.

Au fil de la tournée, le public commence à découvrir ces musiciens épatants qui rendent un hommage haut de gamme à leurs idoles. The Rabeats commencent alors à se produire un peu partout en France devant des salles combles : à l’Olympia en 2004 et 2005, puis La Cigale, le festival de Paléo, puis encore l’Olympia, le Bataclan, Le Grand Rex…

Leurs concerts frisent la performance. Leur virtuosité, leur énergie, la qualité de leurs prestations, leur attirent les faveurs autant du public que des médias. Et leur renommée dépasse vite les frontières de l’hexagone. Résultat, aujourd’hui, les Rabeats ont donné plus de 1000 concerts dans le monde et c’est plus d’un million de spectateurs qui a pu applaudir ce groupe formidable. A tel point qu’en référence à la Beatlesmania, on parle désormais de Rabeatsmania.

Alors si vous êtes fans des Beatles, ne manquez pas The Rabeats, le 24 janvier prochain à l’Olympia.

Plus d’infos sur le site de l’Olympia : www.olympiahall.com
Plus d’infos sur le site du groupe : www.rabeats.com
Toute reproduction interdite.

Au Palais des Congrès : Les Prêtres – Le 14 novembre 2014

Véritable phénomène de la scène musicale française, le groupe Les Prêtres repart en tournée et fera halte au Palais des Congrès de la Porte Maillot à Paris le 14 novembre 2014.

En 2010, ils ont fait une entrée fracassante dans le paysage musical de l’hexagone. Leurs deux premiers albums Sipiritus Dei et Gloria se sont écoulés à près de 2 millions d’exemplaires. Aujourd’hui, Les Prêtres préparent une troisième opus et une tournée qui passera par le Palais des Congrès de la Porte Maillot en novembre prochain.

Créé à l’initiative de Monseigneur Di Falco Leandri, le groupe Les Prêtres s’est fait connaître en 2010 avec un premier album, Spiritus Dei. Rapidement, le CD connait un succès considérable et termine l’année à la première place du classement des meilleures ventes d’albums en France, toutes catégories confondues.

Le public est séduit par ces trois chanteurs qui mêlent chants profanes et religieux dans leur album. Un an après, Les Prêtres sortent l’album Gloria. Même enthousiasme du public, même succès spectaculaire pour ce nouveau CD qui se place également numéro 1 des ventes d’albums en France et devient disque de diamant.

Ce trio de chanteurs, inspiré du groupe irlandais The Priest, est composé de deux prêtres, le père Jean-Michel Bardet et le père Charles Troesch, et de Joseph Dinh Nguyen Nguyen (ancien séminariste qui a choisi de vivre sa foi en tant que laïc chrétien dans la vie civile).

Les Prêtres ont aujourd’hui un public fidèle. Un public qui pourra les retrouver très prochainement dans les différentes villes de la tournée, mais également au Palais des Congrès de la Porte Maillot à Paris en novembre prochain. Là encore, on devrait retrouver ce qui a fait le succès des chanteurs, un mélange de chants profanes et religieux, et des airs connus de tous, tels Le Lac des Cygnes, Savoir aimer, La Sarabande de Haendel, L’envie d’aimer, Ave Maria, Les Lacs du Connemara

En attendant, Les Prêtres sont retournés en studio où ils préparent un troisième album qui devrait sortir dans les mois qui viennent.

Plus d’infos : www.les-pretres.fr
Toute reproduction interdite

Au Grand Rex : soirée féerique avec la Reine des Neiges

Pour les fêtes de fin d’année, le Grand Rex se met aux couleurs de Noël en programmant le dernier Disney, La Reine des Neiges, un petit bijou d’animation, précédé comme le veut la tradition du spectacle de la féerie des eaux.

Dès maintenant et jusqu’au début du mois de janvier, le Grand Rex vous propose de passer un bon moment en famille en découvrant La Reine des Neiges, dernier-né des Studios Disney. La Reine des Neiges est un joli conte d’Hans Christian Andersen publié en 1844. Vingt-cinq ans après La Petite Sirène, les Studios Disney se sont donc de nouveau inspirés des contes du poète danois en produisant La Reine des Neiges.

Ce 127e long-métrage d’animation des Studios Disney est un dessin animé très soigné où l’on retrouve toute la « Magie Disney » et de formidables chansons signées Robert Lopez, couronné par un Tony® Award  (The Book of Mormon, Avenue Q), et Kristen Anderson-Lopez (In Transit).

Réalisé  par Chris Buck et Jennifer Lee, La Reine des Neiges conte l’histoire d’une prophétie, qui a plongé un lointain royaume dans un hiver éternel, et d’un petite fille courageuse et volontaire, Anna, qui se lance à la recherche de sa sœur Elsa. Dans son périple, plein de dangers, Anna est accompagnée de Kristoff, un montagnard un peu rustre mais qui a les pieds sur terre, et son fidèle renne, Sven, qui fait office de conscience. Sur leur chemin, ils rencontreront de drôles de personnages, comme Olaff, le bonhomme de neige créé par les pouvoirs magiques d’Elsa et qui adore les gros câlins (on reconnaîtra la voix française de Dany Boon). La petite équipe devra surmonter bien des épreuves et faire preuve d’un immense courage pour briser la malédiction et sauver le royaume du chaos.

La Reine des Neiges est une histoire merveilleuse et le dessin animé un petit bijou plein de charme qui mêle aventure, humour et émotion et devrait ravir les petits comme leurs parents. Un excellent moment, à passer en famille, d’autant que chaque séance est précédée, comme le veut la tradition en fin d’année au Grand Rex, par le spectacle de la féerie des eaux.

Plus d’infos sur le site officiel du Grand Rex : www.legrandrex.com/
Toute reproduction interdite

Comédie musicale : La Belle et la Bête au Théâtre Mogador

Vous cherchez un joli spectacle musical pour les fêtes de fin d’année ? Rendez-vous au Théâtre Mogador qui présente La Belle et la Bête, la version musicale du célèbre conte fantastique mise en scène de façon magistrale.

Un orchestre « live », 35 artistes sur scène, des décors féeriques, des costumes époustouflants, une version française très réussie… La comédie musicale La Belle et La Bête est un spectacle enchanteur qui s’adresse à tous les publics tant ce merveilleux conte a su rester intemporel.

La Belle et la Bête a d’abord été un conte, signé Jeanne-Marie Leprince de Beaumont, en 1757, avant que Jean Cocteau ne s’empare de cette histoire fantastique pour en faire un chef-d’œuvre cinématographique en 1946, avec l’inoubliable Jean Marais. En 1991, ce sont les studios Disney qui s’intéressent à La Belle et la Bête. Le conte deviendra alors un dessin animé qui remportera un succès considérable.

Après le conte, le film et le dessin animé, La Belle est la Bête devient un spectacle musical en 1994. Là aussi, l’idée séduit. Le spectacle se produira 13 ans à Broadway, où il fera un triomphe, puis partira en tournée dans 21 pays.

Depuis octobre dernier (et jusqu’en juillet 2014), le spectacle La Belle et la Bête est au Théâtre Mogador. Le public français, et surtout les amoureux de la version Disney, retrouveront avec bonheur l’atmosphère romantique et fantastique du conte et les chansons d’Alan Menken et Howard Ashman, récompensées par deux Oscars en 1992.

L’histoire est émouvante et éternelle. La Belle (Manon Taris) est une jeune fille rêveuse. Pour sauver son père, retenu prisonnier dans un château par la Bête (Yoni Amar), elle décide de renoncer à sa liberté et prend sa place. Peu à peu, elle découvrira le cœur et l’âme du monstre du château jusqu’à s’éprendre de lui…

Un spectacle plein de magie, de couleurs, mais aussi d’humour, qui laisse un public sous le charme pendant plus de deux heures… Idéal pour passer un bon moment à quelques jours des fêtes de fin d’année.

Plus d’infos sur le site du Théâtre Mogador : www.stage-entertainment.fr/theatre-mogador
Plus d’infos sur le site du spectacle : www.labelleetlabete.fr/
Toute reproduction interdite

Revivez les années Disco aux Folies Bergère

Voilà de quoi réjouir les nostalgiques des années 70 : les Folies Bergère proposent de revivre la folie des années Disco à travers un spectacle haut en couleurs reprenant les plus grands tubes de l’époque. Ambiance de fête assurée.

Dans les années 70, le Disco apparaît et avec lui, une mode bien particulière, celle des paillettes, des pattes d’éph’ et autres boules à facettes. Il ne faudra pas longtemps pour que ce nouveau style musical se propage à l’ensemble de la planète, faisant danser des millions de gens.

Aujourd’hui, la troupe du spectacle D.I.S.C.O, qui se produit aux Folies Bergère, vous propose de revivre ces folles années le temps d’un show coloré et enlevé qui devrait combler les nostalgiques de l’époque. Pendant plus de deux heures, les chanteurs, comédiens, danseurs de la troupe, en costumes et coiffures d’époque, vous inondent d’une multitude de tubes.

Mais le spectacle D.I.S.C.O, c’est d’abord une histoire, celle d’une jeune fille travaillant dans un club et rêvant de devenir reine du Disco. Jusqu’au jour où elle devient millionnaire en gagnant à la loterie… Dès lors, les tubes vont s’enchaîner pour le plus grand plaisir d’un public qui pourra retrouver les airs de légende qui ont marqué les années 70, comme I will survive, Freedom, le freak c’est chic, Knock on wood, Raining man, Born to be alive, ou encore le célèbre Gigi in Paradisco de Dalida…

La mise en scène et les chorégraphies de D.I.S.C.O ont été confiées à Stéphane Jarny,  qui fut notamment metteur en scène de l’émission de télécrochet La Nouvelle Star pendant 8 ans, ou encore assistant chorégraphe de Kamel Ouali sur les comédies musicales Les 10 commandements, Autant en emporte le Vent, et Le Roi Soleil.

Agnès Boury (également à la direction d’acteurs) et Stéphane Laporte, sont les auteurs du livret de D.I.S.C.O. Ils ont déjà signé ensemble les dialogues du spectacle Salut les copains, produit aux Folies Bergère et présenté dans les Zénith de province.

D.I.S.C.O est un show épatant, emmené par une troupe d’artistes remarquables, à l’enthousiasme communicatif, qui embarque les nostalgiques dans une machine à remonter le temps, 40 ans en arrière. Un spectacle plein de bonne humeur, idéal à quelques jours des fêtes de fin d’année.

Plus d’infos sur le site des Folies Bergère : www.foliesbergere.com/
Plus d’infos sur le site du spectacle : www.disco-lespectacle.fr/
Toute reproduction interdite

Henri Dès à l’Olympia : les enfants d’abord !

Les tout-petits vont être ravis : le célèbre chanteur pour enfants Henri Dès remonte sur scène pour deux concerts à l’Olympia les dimanches 8 et 15 décembre 2013. Un joli spectacle de fin d’année à voir en famille.

Henri Dès est l’un des chanteurs préférés des enfants… depuis plus de 30 ans ! Autant dire qu’il bénéficie d’une énorme popularité qui s’étend maintenant sur deux générations. Le retour sur scène d’Henri Dès fait donc des heureux : autant les tout-petits qui l’écoutent aujourd’hui, mais également leurs parents qui l’écoutaient eux-mêmes lorsqu’ils étaient enfants.

Lors de ces deux concerts à l’Olympia en décembre prochain, Henri Dès interprétera ses nouvelles chansons, l’occasion de découvrir son nouvel album, Casse-pieds, mais également ses airs anciens les plus connus, pour le plus grand plaisir de ceux qui sont devenus parents aujourd’hui et qui les fredonnaient dans leur jeunesse.

Auteur, compositeur et interprète, le chanteur suisse écrit des chansons pour les tout-petits depuis bientôt 40 ans et a déjà produit 25 albums. La qualité de ses textes et de ses mélodies est régulièrement saluée, autant par la critique que par le public, et sa célébrité dans l’univers de la petite enfance est devenue telle que des écoles, crèches et centres aérés portent aujourd’hui son nom en France, en Suisse et en Belgique.

Sur scène, Henri Dès multiplie les facéties et clins d’œil complices en direction de son jeune public, transformant ses concerts en un vrai moment de fête pour des enfants qui reprennent ses chansons en chœur et notamment ses airs les plus célèbres Les bêtises à l’école, La petite Charlotte ou Le grand frère et la petite sœur.

Autant dire que le retour sur scène de ce sympathique artiste réjouit les enfants autant que leurs parents et que l’Olympia devrait bientôt afficher complet pour ce spectacle à déguster en famille.

Plus d’infos sur le site officiel de l’Olympia : www.olympiahall.com/
Toute reproduction interdite