Nuit Blanche à Paris : l’édition 2013 s’annonce magique et spectaculaire

L’édition 2013 de la traditionnelle « Nuit Blanche » à Paris battra son plein le soir du samedi 5 octobre prochain. Rendez-vous notamment sur les Berges de Seine, au canal Saint-Martin, ou dans les quartiers de République, du Marais, de Belleville et de Ménilmontant, pour une nouvelle aventure nocturne magique et artistique. Au vu de la programmation, l’évènement s’annonce déjà spectaculaire.

Chaque année, la Nuit Blanche parisienne invite à une déambulation artistique nocturne dans de nombreux lieux de la capitale. Pour cette édition 2013, la réalisation de la Nuit Blanche a été confiée à Chiara Parisi et Julie Pellegrin, respectivement directrice des programmes culturels de la Monnaie de Paris et directrice du Centre d’art contemporain de la Ferme du Buisson. Un duo féminin qui va faire se déployer de multiples projets d’artistes sur les Berges de Seine, le canal Saint-Martin, et dans les quartiers si vivants de République, du Marais, de Belleville et de Ménilmontant. Des projets souvent spectaculaires qui devraient charmer, voire même éblouir, les visiteurs noctambules.

« Les artistes invités, de générations et d’horizons très divers, mettent la ville en marche et en mouvement », expliquent les deux chefs d’orchestre de la manifestation : « Ils proposent une dérive dans un paysage composé de quais, de places et de rues mais aussi de celles et ceux qui l’habitent. S’inspirant d’une histoire urbaine faite de ruptures, de luttes, de fantasmes et de romances, ce rêve nocturne convoque le passé, le présent et le futur pour produire une image vivante de notre actualité. Grands événements passés de la Commune, mémoire de la libération de la parole et des corps, figures historiques, sont ravivés par des formes contemporaines naviguant entre musique stellaire et expérimentale, fièvre du samedi soir et feux de la passion ».

Le 5 octobre, c’est l’artiste Martin Creed qui donnera, à 19 heures, le coup d’envoi de cette Nuit Blanche, en faisant résonner des cloches installées sur tout le parcours « qu’elles soient publiques ou personnelles, monumentales ou discrètes ». Autre performance spectaculaire, l’œuvre du compositeur Karlheinz Stockhausen (1928-2007), Helikopter-Streichquartert, sera interprétée par quatre instrumentistes d’un quatuor à cordes jouant chacun dans un hélicoptère en vol. Puis Cai Guo Qiang, grand maître des feux d’artifice des Jeux Olympiques de Pékin, proposera une balade romantique pyrotechnique sur la Seine. Tandis que Fujiko Nakaya enveloppera la Place de la République de ses sculptures de brume, que Palle Nielsen transformera la Place de la Bataille de Stalingrad en une aire de jeu monumentale et qu’Hassan Khan, pionnier de la musique électronique en Egypte, déploiera une composition sonore et lumineuse dans le parc de Belleville et le long de la Seine.

« Considérant Paris comme un laboratoire plus que comme un simple décor, les artistes de cette Nuit Blanche proposent des happenings esthétiques, politiques et sensationnels, où le son, le mouvement, l’action et la relation à l’autre exaltent l’expérience de l’instant », expliquent  Chiara Parisi et Julie Pellegrin. « Ici les œuvres privilégient la magie de l’éphémère propre à cette aventure nocturne unique. Comme autant d’apparitions, sculptures de brume et chorégraphies fantomatiques côtoient ondes sonores aquatiques et modèles de société temporaire, nous invitant à jouer ensemble et à faire résonner les mots du Tout-Monde des artistes, poètes, cinéastes et musiciens. Toutes ces beautés rebelles prennent forme, le temps d’une nuit et d’une rencontre, avant de se dissoudre à nouveau dans le grand tourbillon de la ville ».

Parallèlement, de nombreux lieux parisiens emblématiques ou plus secrets accueillent les projets de la Nuit Blanche, tels que le Carreau du Temple, dont l’ouverture au public est prévue en 2014, avec Huang Yong Ping, ou encore la Bourse du Travail avec Peter Watkins et le siège du Parti communiste avec Kristin Oppenheim. Une centaine de projets associés viennent compléter la programmation de cette édition 2013, telles les nombreuses galeries parisiennes qui s’associent à la manifestation en proposant une ouverture en nocturne de leurs expositions respectives. La Nuit Blanche à Paris, c’est aussi des parcours spécifiques pour les enfants, les familles et les personnes handicapées.

Depuis leur création, les différentes Nuits Blanches offrent au plus grand nombre l’occasion de découvrir, dans une atmosphère chaleureuse, un univers artistique parfois méconnu. Pour ce nouveau rendez-vous, la liste des évènements à découvrir est immense. Pour tout savoir, rendez-vous donc sur le site de la Nuit Blanche 2013 !

Plus d’infos sur le programme de la Nuit Blanche : www.paris.fr/pratique/culture-patrimoine/nuits-blanches/p6806

Théâtre Rive Gauche : Marianne James ou la fantasque Miss Carpenter

La chanteuse et comédienne Marianne James remonte sur scène, au Théâtre Rive Gauche, où elle incarne un rôle à sa démesure, celui d’une ancienne gloire d’Hollywood, Miss Carpenter, un personnage haut en couleurs qui lui va bien évidemment comme un gant.

Dix ans après avoir endossé les habits d’Ulrika Von Glott, la cantatrice foldingue d’Ultima Récital, Marianne James remonte sur les planches pour incarner un personnage débridé et haut en couleurs, Miss Carpenter, une diva à la fois baroque, tempétueuse et fantasque.

Le rôle est taillé sur mesure pour la divine Marianne qui interprète une actrice vieillissante, ancienne gloire du 7e art de 82 ans… qui se voit toujours belle et admirée autant qu’elle l’était au milieu du XXe siècle. Alors enfant chérie d’Hollywood, elle enchaînait les succès et jouissait d’une énorme popularité. Bref, c’était une star !

Mais voilà, les choses ont changé. Le temps et ses outrages, et surtout la crise, les huissiers et Pôle Emploi, l’obligent un jour à sortir la Jaguar pour aller trouver du travail… Miss Carpenter sait tout faire : chanter, danser, jouer la comédie. Alors les auditions s’enchaînent… les refus et les humiliations également. Mais Miss Carpenter veut décrocher un rôle, coûte que coûte, alors elle va en faire des tonnes…

Le succès sera-t-il de nouveau au rendez-vous pour Miss Carpenter ? En tout cas, il devrait y être pour Marianne James qui met tout son talent dans cette pièce qu’elle a co-écrite avec Sébastien Marnier. Une pièce mise en scène par Eric-emannuel Schmitt (le directeur du Théâtre Rive Gauche) et Steve Suissa. Sur scène, Marianne James est accompagnée de Pablo Villafranca, Bastien Jacquemart et Romain Lemire.

Le public qui avait applaudi la cantatrice Ulrika Von Glott voilà dix ans, retrouvera avec un immense plaisir Marianne James au théâtre. Mais depuis l‘Ultima récital, un autre public, plus large encore, aura sans doute envie de rencontrer Marianne la comédienne, celui qui l’a découverte dans Les Grosses Têtes de RTL ou dans son rôle de jury de l’émission Nouvelle Star sur la chaîne M6. Un statut qui l’a rendue particulièrement populaire.

Difficile de ne pas adorer cette Miss Carpenter, habillée de strass et de fourrure, aux cheveux blonds peroxydés et délicieusement excentrique. Difficile aussi de ne pas craquer pour Marianne James-Carpenter, plus flamboyante que jamais, qui livre une interprétation délirante et éblouissante.

Plus d’infos sur le site officiel du Théâtre Rive Gauche : www.theatre-rive-gauche.com/

Danse avec les stars… à Bercy et dans toute la France

Les personnalités emblématiques des quatre saisons de l’émission télévisée diffusée sur TF1 « Danse avec les Stars » se préparent à partir pour la première fois en tournée. Elles se produiront dans les plus grands salles de France, dont le Palais Omnisports de Paris-Bercy le 19 décembre 2013.

« Danse avec les stars » sort des murs de TF1 et propose à ses fans de vivre le show en live. Les personnalités qui ont marqué les différentes saisons de la célèbre émission télévisée vont donc venir à la rencontre de leur public en se lançant dans une tournée-évènement dans toute la France, qui passera par Bercy le 19 décembre prochain.

Le spectacle, mis en scène par Chris Marques et présenté par Sandrine Quétier et Vincent Cerutti, s’annonce exceptionnel et glamour. Les shows réuniront six célébrités ayant marqué le programme par leurs performances,  leurs personnalités et leur persévérance, qui seront accompagnées par six partenaires emblématiques.

Pour combler les fans de l’émission, les organisateurs ont mis au point un spectacle interactif. En effet, tout comme dans l’émission télévisée, le public et le jury vont jouer un rôle capital. Chaque couple se produira sur scène le temps de deux danses, avant de recevoir les notes et les appréciations du jury de l’émission. Une fois l’ensemble des prestations effectuées, c’est le public présent dans la salle qui votera pour son couple favori. Technique, prestance, glamour… La prestation sous toutes ces facettes sera prise en compte. Les résultats des votes seront affichés en fin de spectacle et désigneront le couple gagnant.

C’est au début de l’année 2011 que l’émission Danse avec les stars, (adaptation de l’émission anglaise « Strictly Come Dancing ») produite par BBC Worldwide France et TF1 Production, débarque dans le paysage audiovisuel français. Elle trouve rapidement son public et depuis, l’audience ne cesse d’augmenter à chaque édition. Les trois saisons passées ont réuni des personnalités aussi diverses que M. Pokora , David Ginola, Jean-Marie Bigard, Marthe Mercadier, Francis Lalanne, ou Christophe Dominici.

Autant dire que les très nombreux fans attendent avec impatience la quatrième saison, dont le coup d’envoi sera donné le 28 septembre et qui durera jusqu’au 23 novembre prochain. Puis fans et danseurs se retrouveront à Bercy.

Plus d’infos sur le site officiel de Bercy : www.bercy.fr/alaune
Plus d’infos sur le site officiel de TF1 : www.tf1.fr/danse-avec-les-stars/

Vanessa Paradis au Casino de Paris : Parlez-moi d’amour…

Vanessa Paradis fait son grand retour sur scène pour le plus grand bonheur de ses fans. Elle a choisi le Casino de Paris pour présenter en live, du 5 au 13 novembre 2013, les titres de son nouvel album Love Songs, un 6e Opus où il est question d’amour, d’amour et encore d’amour.

Plus qu’un spectacle, c’est une déclaration d’amour musicale que fera Vanessa Paradis à son public au Casino de Paris en novembre prochain. Car son album Love Songs (sorti en mai 2013), qui s’arrache déjà dans les bacs et qu’elle présentera en live, regroupe une vingtaine de titres bâtis sur un seul thème, l’amour.

Six ans après Divinidylle, presque 4 ans après son Best Of, deux ans après la fin de sa tournée acoustique, Vanessa Paradis rêvait d’une nouvelle aventure musicale qui l’entraînerait en territoire neuf. Avec Love Songs, c’est aujourd’hui chose faite.

Pour Love Songs, la divine Vanessa s’est entourée d’un panel d’auteurs-compositeurs talentueux. En commençant par Benjamin Biolay, qui a entièrement produit et réalisé l’album et en signe 8 morceaux, mais également Mikaël Furnon (Mickey 3D), Adrien Gallo (BB Brunes), Ben Ricour, François Villevieille (Elephant), Marcel Kanche, Carl Barât (ex Libertines), Mathieu Boogaerts…

Résultat : des ballades langoureuses, romantiques, qu’elle murmure comme des confidences de sa voix caressante et si singulière. En anglais, en français, en italien, sur des rythmes de bossa, de rock, de soul, de jazz… l’artiste habille ces chansons sur-mesure d’une délicieuse tendresse, avec une voix devenue plus grave, légèrement fêlée.

Composé de chansons d’amour caressantes et mélancoliques, au charme délicieux, « qui ne racontent pas les fantasmes rose et ciel, mais la vérité du cœur », Love Songs ressemble aux « vraies histoires d’amour ». C’est sans doute ce qui a séduit le public si l’on en juge par le succès de l’album qui s’est placé dès sa sortie n°1 des vente et s’est écoulé les deux premiers mois à 120 000 exemplaires.

C’est une Vanessa Paradis élégante, sincère, grave et généreuse qui dévoilera en live les titres de son 6e Opus au Casino de Paris. Un retour sur scène qui devrait combler ses fans, d’autant que l’artiste reprendra également pour eux ses plus grands tubes.

Plus d’infos sur le site officiel du Casino de Paris : www.casinodeparis.fr/
(© photo : Benoît Derrier)

Théâtre de la Porte Saint-Martin : Muriel Robin, retour gagnant

Voilà huit ans qu’elle n’était plus remontée sur les planches. Muriel Robin, plus rayonnante que jamais, fait un retour en fanfare sur la scène du Théâtre de la Porte Saint-Martin avec « Robin revient : Tsoin Tsoin », son nouveau one woman show, à la fois drôle et bouleversant.

C’est un retour que beaucoup attendaient. Muriel Robin est sur la scène du Théâtre de la Porte Saint-Martin depuis le 17 septembre et jusqu’au 19 octobre 2013 où elle présente son nouveau one woman show, baptisé « Robin revient : Tsoin Tsoin ».

Dans ce nouveau spectacle autobiographique, que Muriel Robin a écrit et mis en scène, on la retrouve changée, amincie, mais toujours aussi drôle, pétillante. Bref, au meilleur de sa forme. Dans Tsoin Tsoin, elle nous fait rire avec les petites choses de la vie, de sa vie, un peu de la nôtre aussi, même si l’émotion n’est jamais bien loin.

Elle l’avait confiée dans la presse, elle ne voulait plus écrire un spectacle de sketches : « Je voulais quelque chose de différent, de plus personnel, de plus libre, avec un peu plus de fond mais il fallait aussi que le public puisse retrouver le rire et la folie de mes précédents shows, et que je ne me dénature pas. J’ai donc décidé de raconter ma vie ».

Jonglant habilement entre humour, tendresse et émotion, elle évoque ses parents, la maladie d’Alzheimer de sa mère, son enfance à Montbrison, ses dépressions, ses problèmes de poids… Et prouve de fort belle manière qu’elle est restée maître dans l’art de transformer les histoires les plus graves en scènes désopilantes.

Absente de la scène depuis 2005 (date à laquelle elle avait présenté Au secours ! co-écrit avec Pierre Palmade), Muriel Robin revient donc sous les projecteurs pour le plus grand bonheur des spectateurs qui lui réservent chaque soir une véritable ovation.

En choisissant le Théâtre de la Porte Saint-Martin, Muriel Robin ne pouvait choisir plus bel écrin pour présenter son nouveau spectacle et retrouver la belle complicité qui l’unit depuis le début de sa carrière à son public.

Et que son public de province se rassure : l’humoriste partira en tournée, puis sera de nouveau à Paris au Palais des Sports du 23 au 25 janvier 2014.

Plus d’infos sur le site officiel du Théâtre de la Porte Saint-Martin : www.portestmartin.com/

Metallica, Disney ou Stephen King : la rentrée au Grand Rex

Le Grand Rex n’est pas seulement l’une des plus belles salles de cinéma de Paris, c’est aussi un lieu qui accueille des concerts, des festivals, des spectacles… Pour cette rentrée 2013, le Grand Rex a concocté une programmation éclectique et séduisante, avec certaines têtes d’affiches prestigieuses comme Metallica ou le célèbre écrivain Stephen King.

Le Grand Rex a mis les petits plats dans les grands pour cette rentrée. Qu’il s’agisse de cinéma ou de musique, les amateurs vont être comblés. En commençant par l’évènement cinématographique et musical de la rentrée, le film de Metallica en 3D, Through The Never, qui sortira sur les écrans le 9 octobre, mais sera projeté en avant-première exceptionnelle au Grand Rex le mardi 8 octobre. Autant dire que les fans du mythique groupe américain se sont véritablement jetés sur les places, d’autant que le batteur Lars Ulrich et le bassiste Robert Trujillo, seront sur la scène ce jour-là pour présenter leur film. De plus, cette avant-première sera retransmise en direct dans plusieurs salles de cinéma en France.

Parmi les autres temps fort, la venue, le 16 novembre, du célèbre écrivain Stephen King qui vient présenter Docteur Sleep, un roman qui n’est autre que la suite du célébrissime Shining. Là aussi, les fans du King devraient se bousculer au portillon du Grand Rex.

Mais les fans de rock metal et de Stephen King ne sont pas les seuls à être gâtés par le Grand Rex qui annonce une programmation éclectique qui mêle concerts, cinéma, littérature et même jeux vidéos, des affiches propres à plaire à de nombreux publics. Voici les grandes lignes du programme de la « grande salle » de cette rentrée 2013 :

Mercredi 2 octobre, à 20 heures : Beyond : two souls. Découverte en avant-première mondiale du jeu vidéo en présence des principaux acteurs.
Dimanche 6 octobre, à 19 h 30 : Festival des Musiques à l’image
Les 11, 12 et 13 octobre, à 20 heures : Serge Lama
Vendredi 8 novembre, à 20 h 30  : Paolo Conte
Les 12 et 13 novembre : Bob Dylan
Samedi 16 novembre, à 20 h 30 : L’écrivain Stephen King vient présenter Docteur Sleep, la suite du mythique Shining.
Du 20 novembre au 5 janvier : Projection de La Reine des Neiges, le traditionnel Disney de fin d’année, précédé de la traditionnelle féerie des eaux, dans une salle redécorée aux couleurs de Noël.

Avec ses façades, sa toiture, sa salle et son décor inscrits au Monuments historiques, le Grand Rex est l’une des plus belles salles de Paris. Il peut accueillir près de 3000 spectateurs ce qui en fait l’un des  derniers grands temples du cinéma en Europe.

Plus d’infos sur le site officiel du Grand Rex : http://www.legrandrex.com/
(© photo : Guillaume Calas)

Robin des Bois débarque au Palais des Congrès

C’est l’un des spectacles musicaux les plus attendus de la rentrée, un véritable évènement pour les amateurs de comédies musicales : la troupe de « Robin des Bois »,  sera au Palais des Congrès de Paris du 26 septembre 2013 au 5 janvier 2014, avant de partir en tournée dans toute la France.

Les fans de comédies musicales vont être comblés. Dans quelques jours, le rideau du Palais des Congrès de Paris se lèvera sur le spectacle « Robin des Bois », une fresque d’époque, signée Michel Laprise (co-metteur en scène/concepteur du spectacle de Madonna pour le Super-Bowl 2012).

« Robin des Bois : ne renoncez jamais » présente la plus belle légende de l’histoire d’Angleterre dans une mise en scène résolument contemporaine. Dans cette comédie musicale moderne, dont l’histoire a été quelque peu remaniée, on retrouve Robin et Marianne, 15 ans après leur rencontre. Le temps a passé, ils se sont séparés. Mais Marianne doit annoncer à Robin qu’ils ont eu un enfant, devenu un jeune homme qui s’est épris de la fille du Sheriff de Nottingham. Robin devra venir en aide à son fils, alors que le Sheriff met tout en œuvre pour mettre fin à cette idylle et en profiter pour briser Robin des Bois.

Sur scène, le public appréciera une belle distribution, qui devrait notamment plaire à la jeune génération puisque le rôle principal du légendaire Robin des Bois a été confié à M.  Pokora. Il est entouré de  Stéphanie Bédard (Marianne), vue dans The Voice, Sacha Tran (Adrien), Marc Antoine (Petit Jean), Nyco Lilliu (Frère Tuck), Dume (Vaizey) et Caroline Costa (Bédélia).

Le spectacle bénéficie du talent de deux auteurs célèbres : Lionel Florence, qui a co-signé avec Patrice Guirao Les Dix Commandements, et auteur de nombreux titres à succès pour notamment Pascal Obispo, Florent Pagny, Johnny Hallyday, Patricia Kaas, Patrick Fiori, Calogero… A l’écriture, on retrouve également Patrice Guirao, qui a prêté sa plume à Johnny Hallyday, Florent Pagny, Pascal Obispo, Jenifer, Chimène Badi, Isabelle Boulay, Céline Dion, Garou, Patrick Fiori, Calogero ou Placido Domingo… et qu’on retrouve à l’écriture des Dix Commandements, du Roi Soleil et de Cléopâtre.

La musique est signée elle aussi par des compositeurs à succès : Antoine Angelelli, Bionix, Matthieu Mendès, Frédéric Château, Gioacchino Maurici, Michael Malik, John Mamann, Corneille, David Hallyday et Don Varenn. Tandis que Es Devlin, conceptrice de la cérémonie de clôture des J.O. de Londres, a en charge le décor et la scénographie. Elle a rejoint ainsi les équipes artistiques du spectacle : Roberto Ciurleo (direction artistique), Hakim Ghorab & Yaman (chorégraphes), Brahim Zaibat (consultant artistique) et Stéphane Rolland (costumes).

Un beau spectacle en perspective que cette légende médiévale adaptée en musique qui trouve dans le Palais des Congrès un écrin de choix.

Plus d’infos sur le site officiel du Palais des Congrès : www.viparis.com/
Plus d’infos sur le site officiel du spectacle : www.robindesbois-lespectacle.fr/

Théâtre des Variétés : « Divina », du sur-mesure pour Amanda Lear

Le Théâtre des Variétés donne le coup d’envoi de sa rentrée avec Divina, une pièce de Jean Robert-Charrier, qui offre un rôle taillé sur-mesure à Amanda Lear, décidément très à l’aise sur les planches.

La rentrée au Théâtre des Variétés s’annonce réjouissante puisque c’est une comédie de boulevard, Divina, avec dans le rôle principal Amanda Lear, qui ouvre le bal de la saison.

Après Panique au Ministère, et Lady Oscar, Amanda Lear remonte donc sur les planches dans un rôle qui lui va à merveille, celui d’une présentatrice, vedette du petit écran, Claire Bartoli, surnommée Divina, qui fait la pluie et le beau temps autour d’elle. Un matin, son fidèle assistant apprend par le journal que l’émission de la star de la télé s’arrête. Pressentant le drame, il prend toutes les précautions pour lui annoncer l’affreuse nouvelle. C’est sans compter sur la pugnacité de Divina qui va tout faire pour rester dans le paysage audiovisuel… jusqu’à se retrouver dans une émission culinaire.

Ecrite par Jean Robert-Charrier, mise en scène par Nicolas Briançon, cette pièce va comme un gant à une Amanda Lear en très grande forme, relookée pour l’occasion par son ami Jean-Paul Gaultier, et entourée d’une solide équipe de comédiens :  Mathieu Delarive, Marie-Julie Baup, Guillaume Marquet et Thierry Lopez.

Rebondissements, surprises, situations cocasses… Les amateurs de divertissements ne seront pas déçus. Quant à la sublime Amanda Lear, décidément taillée pour les planches, elle rayonne dans cette comédie de boulevard spécialement écrite pour elle et qui s’annonce déjà comme un joli succès.

Le Théâtre des Variétés est un écrin de choix pour accueillir Divina. Classé Monument historique, il est l’un des plus anciens théâtres parisiens encore en activité. Situé à deux pas de l’Opéra Garnier, boulevard Montmartre, dans le 2e arrondissement, il propose toujours une programmation riche et variée.

Plus d’infos sur le site officiel du Théâtre des Variétés : www.theatre-des-varietes.fr/

Au Centre Pompidou : un autre regard sur Roy Lichtenstein

Le Centre Pompidou, l’Art Institue of Chicago et la Tate Modern de Londres, se sont unis pour organiser une rétrospective exceptionnelle des œuvres de Roy Lichtenstein, considéré comme l’une des stars du mouvement pop autant que comme un grand maître de la peinture américaine. Rendez-vous au Centre Pompidou jusqu’au 4 novembre 2013.

Le Centre Pompidou rend hommage à Roy Lichtenstein (1923-1997), au travers une rétrospective exceptionnelle proposant de découvrir une sélection de 124 tableaux, sculptures et estampes qui éclairent le parcours de l’artiste de façon inédite. Car Roy Lichtenstein, figure emblématique du pop art, était bien plus que cela. L’exposition dévoile l’ampleur de l’œuvre d’un artiste qui était  aussi : un expérimentateur de matériaux, un inventeur d’icônes, un amateur érudit de la peinture moderne.

Ténor du pop art, perçu rapidement comme l’un des premiers artistes post-modernes, avec notamment une série de tableaux faisant référence à l’histoire de l’art, Roy Lichtenstein était revenu, à la fin de sa vie, aux nus et aux paysages, devenant presque un peintre de tradition. C’est donc toute une vie d’expérimentations qui se déroule au fil de l’exposition.

Roy Lichtenstein est surtout connu par un large public pour ses agrandissements d’extraits de bandes dessinées et ses œuvres inspirées de la publicité réalisés au début des années 60, dans un style qu’il décrit lui-même « aussi artificiel que possible ». N’empêche que ces œuvres, qui ont marqué l’imaginaire collectif, ont eu un tel succès qu’elles ont étouffé le reste. Car dans le même temps, quand le public se passionne pour ses Comics, Roy Lichtenstein devient l’un des pionniers du post-modernisme, commence à peindre des tableaux qui parlent de l’histoire de la peinture, puis se lance dans des peintures abstraites, offrant une relecture des formes géométriques, répétitives et machinistes, typiques de l’Art déco.

Ce sont toutes les facettes de sa créativité que cette exposition passionnante met en lumière, qui n’oublie pas que l’artiste a aussi réalisé des natures mortes cubistes, des tableaux inspirés du futurisme, explorant au passage le surréalisme,  l’expressionnisme allemand, et se lançant plus tard, dans des paysages de la Chine ancienne. Entre temps, il aura également réalisé la série Artist’s Studio, des compositions dans lesquelles il incorpore des éléments de son travail pendant les années 60. Artist’s Studio Look Mickey en est l’exemple le plus marquant avec un rappel de cinq de ses œuvres.

La rétrospective parisienne montre également l’incroyable inventivité technique de Roy Lichtenstein à travers un corpus inédit de sculptures, de gravures, d’émaux, de céramiques… Une présentation qui bénéficie du soutien exceptionnel de l’Estate de Roy Lichtenstein à New York.

Au fil de l’exposition, on découvre un artiste, mais aussi un homme plein d’humour, capable de se parodier dans de réjouissantes mises en abîme, un homme qui ne s’est jamais pris au sérieux et qui a toujours porté un regard amusé autant sur lui que sur son œuvre.

Plus d’infos sur le site officiel du Centre Pompidou : www.centrepompidou.fr/

Photo : En 1964, Roy Roy Lichtenstein crée « Crying girl » (Jeune fille en pleurs), porcelaine émaillé sur acier

Déjà 40 ans : pleins feux sur la Tour Montparnasse

La Tour Montparnasse se prépare à endosser ses habits de fête pour célébrer son 40e anniversaire, le 12 septembre 2013. Au programme des réjouissances : un son et lumière, un concert gratuit et une foule d’animations.

Construite en 1973, au cœur du quartier Necker, dans le 15e arrondissement de Paris, plus haute tour d’Europe à l’époque, la Tour Montparnasse est encore maintenant l’unique gratte-ciel de Paris avec ses 210 m de haut.

Aujourd’hui, la célèbre Tour se prépare à célébrer son 40e anniversaire et tous les Parisiens sont invités à souffler les bougies. Les festivités s’annoncent grandioses puisque l’Ensemble Immobilier Tour Maine-Montparnasse a mis les petits plats dans les grands pour que l’évènement soit dignement célébré.

Il devrait donc y avoir donc foule dans le quartier Montparnasse le 12 septembre prochain. Au programme notamment, à partir de 20 h 30, l’orchestre du Paris Bal Rock qui viendra faire danser au pied de la Tour, puis un grand spectacle son et lumière qui fera scintiller de mille feux la vaillante quadra. Une belle soirée en perspective. Un espace restauration est prévu pour se restaurer pendant le show.

Cette soirée anniversaire s’annonce d’ores et déjà comme un évènement exceptionnel autour de celle qui a fait couler tant d’encre puisqu’elle était à la fois considérée comme un chef-d’œuvre architectural par ses défenseurs, ou un bloc de béton et de verre inutile par ses détracteurs.

Quoi qu’il en soit, lorsque l’on évoque la « Demoiselle de fer », les chiffres donnent le tournis. La Tour Montparnasse, c’est : 59 étages, plus de 1300 marches, 7200 fenêtres, 40 000 m2 de façades, 25 ascenseurs… La structure pèse 130 000 tonnes et voit défiler plus d’un million de visiteurs chaque année, ce qui la place dans le peloton de tête des monuments parisiens les plus visités. Ce gigantesque édifice abrite par ailleurs 30 000 m2 de commerces et 100 000 m2 de bureaux.

La Tour s’insère dans le prolongement de l’axe créé par le Palais de Chaillot, le Trocadéro, la Tour Eiffel, le Champs de Mars et l’École militaire. Du haut de sa terrasse, on peut découvrir un panorama exceptionnel, une vue à 360° sur les plus beaux monuments de la capitale.

Plus d’infos sur le site officiel de la Tour Montparnasse : www.tourmontparnasse56.com
(© photo : Néfermaât)