Le Panthéon : un chef-d’œuvre de mémoire et d’histoire

Chef-d’œuvre de style néoclassique, ancienne église devenue nécropole pour les grands personnages ayant marqué l’histoire de France, le Panthéon, situé dans le 5e arrondissement de Paris, est l’un des monuments les plus célèbres de la capitale.

Le Panthéon se dresse sur la montagne Saint-Geneviève, au cœur du quartier Latin. Ouvert au public, il reçoit chaque année des centaines de milliers de visiteurs qui viennent autant admirer l’architecture du lieu que découvrir les grandes personnalités inhumées dans la crypte.

Chef-d’œuvre de l’architecte Soufflot (1713-1780), le Panthéon est d’abord une église, dédiée à Sainte Geneviève, patronne de Paris, construite à la demande de Louis XV en 1744.  L’architecte imagine un gigantesque édifice, au style architectural emprunté à l’art antique, en forme de croix grecque. Le lieu perdra rapidement sa vocation religieuse puisque dès 1791, il deviendra le Panthéon, un monument laïc dédié au culte des grands hommes. C’est en 1837, que la désormais célèbre inscription « Aux grands hommes, la patrie reconnaissante » est gravée en lettres d’or.

Aujourd’hui, plus de 70 personnages illustres reposent ici, notamment Voltaire, Jean-Jacques Rousseau, Pierre et Marie Curie, Victor Hugo, Jean Jaurès, Émile Zola, Jean Moulin, André Malraux… C’est ici que depuis 2011, repose le poète Aimé Césaire.

Le Centre des monuments nationaux, qui gère le site, a entrepris au Panthéon des travaux de restauration d’envergure, l’un des plus grands chantiers de restauration d’Europe. S’échelonnant sur une dizaine d’années, les travaux concernent successivement les parties hautes, le péristyle, les intérieurs de l’édifice, les parements extérieurs et enfin les sols.

En attendant, si la campagne de restauration empêche l’accès à la colonnade, le monument reste ouvert à la visite et le public peut accéder librement à la nef et à la crypte. Dans ce monument emblématique, les visiteurs peuvent admirer des décors de toute beauté, des fresques remarquables, de Puvis de Chavanne notamment, telle La Jeunesse de Sainte Geneviève, des sculptures de marbre parfaitement conservées… Le public peut également découvrir la crypte, composée de plusieurs galeries, qui s’étend sous toute la surface du Panthéon.

Le Panthéon est un prestigieux monument, un lieu de mémoire et d’histoire incontournable, qui attire plus de 700 000 visiteurs chaque année.

Plus d’infos sur les site officiel es Monuments nationaux : pantheon.monuments-nationaux.fr/
(© photo : Moonik)

Journées du Patrimoine : la protection des monuments en lumière

Double anniversaire pour les Journées européennes du Patrimoine 2013 qui fêtent cette année leur 30e édition et célèbrent le centenaire de la loi fondatrice sur les monuments historiques. Rendez-vous les 14 et 15 septembre prochains sur le thème : « 1913-2013 : 100 ans de protection ».

Musées, monuments, sites historiques, églises, jardins, théâtre, châteaux… mais aussi des lieux plus insolites, des tribunaux, des banques, des préfectures, des entreprises… Tous se préparent une nouvelle fois à ouvrir leurs portes, le plus souvent gratuitement ou à prix réduit, pour les Journées européennes du Patrimoine 2013.

Organisée par le ministère de la Culture et de la Communication et mise en œuvre par les directions régionales des Affaires culturelles, cette manifestation, qui remporte chaque année un succès considérable en attirant des millions de visiteurs, fête cette année ses 30 ans d’existence. Mais pas seulement. Cette édition 2013 est également l’occasion de célébrer le centième anniversaire de la loi fondatrice sur les monuments nationaux, votée le 31 décembre 1913, qui a posé les bases du système de protection et de rénovation du patrimoine français.

Le gouvernement a donc souhaité célébrer un siècle passé à préserver les divers lieux qui compose le patrimoine de la France. Car comme le souligne Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication : « Cent ans de protection, c’est aussi cent ans d’engagement pour le patrimoine. Des bénévoles, propriétaires comme associations, et des professionnels – au sein du ministère de la Culture et de la Communication ou d’autres ministères, dans les collectivités territoriales, sans oublier les artisans, les restaurateurs et l’ensemble des métiers d’art et de l’innovation –  ont su se mobiliser pour nos monuments et leurs trésors avec patience, talent et responsabilité. Ces Journées européennes du Patrimoine sont l’occasion privilégiée de les rencontrer et de partager leur passion, leurs savoirs et leurs histoires ».

Le thème « 1913-2013 : 100 ans de protection » veut donc offrir la possibilité au public d’appréhender les différentes étapes qui ont présidé à la protection d’un lieu ou d’un objet à travers visites, expositions, ateliers, démonstrations de savoir-faire ou conférences.

Mais ces Journées 2013 veulent également : valoriser l’engagement des propriétaires pour l’entretien et la valorisation d’un monument protégé, mettre en avant l’histoire de leur site ou de leur collection, tout en faisant découvrir au public 100 ans de chantiers et d’ateliers de restauration, 100 ans de travaux d’artisans, de restaurateurs et de laboratoires spécialisés, 100 ans de savoir-faire en matière de conservation et de mise en valeur du patrimoine. Et surtout, le thème de cette année n’oublie pas de rendre hommage à l’investissement de tous ceux qui, depuis 100 ans, œuvrent au sein des administrations au recensement, à l’instruction des dossiers et des décisions.

Le thème est d’importance, car la protection du patrimoine en France, en chiffres, c’est :  43 000 édifices et 260 000 objets classés ou inscrits au titre des monuments historiques, 38 biens culturels ou naturels inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco, 167 villes et pays d’art et d’histoire, près de 1000 édifices labellisés « Patrimoine du XXe siècle », près de 400 jardins labellisés « Jardins remarquables » ou encore 104 secteurs sauvegardés…

Une nouvelle fois, ces Journées européennes du Patrimoine, qui ont lieu dans toute la France mais également dans une cinquantaine de pays, devraient être un moment privilégié pour découvrir, redécouvrir ou porter un autre regard sur le patrimoine national.

Plus d’infos : www.journeesdupatrimoine.culture.fr
Photo :
Parmi les milliers de sites à découvrir lors des Journées du Patrimoine, l’ancienne Abbaye royale du Val de Grâce, dans le 5e arrondissement, classée Monument historique (© photo : Myrabella)

Grand Palais : Un autre regard sur l’œuvre de Georges Braque

Du 18 septembre 2013 au 6 janvier 2014, le Grand Palais présente la première rétrospective consacrée au peintre et sculpteur Georges Braque depuis près de quarante ans. L’occasion de porter un nouveau regard sur l’artiste et sur son œuvre.

C’est l’évènement de la rentrée au Grand Palais. La Réunion des musées nationaux-Grand Palais, en partenariat avec le Centre Pompidou, propose une exposition exceptionnelle consacrée à Georges Braque qui réunit des œuvres venues du monde entier. Il s’agit bien là d’un évènement puisque depuis la grande rétrospective organisée par l’Orangerie des Tuileries (1973-1974), aucune rétrospective complète de l’œuvre de Georges Braque n’a été présentée à Paris.

Initiateur du cubisme avec Picasso, inventeur de la technique des papiers collés, Georges Braque fut l’une des figures d’avant-garde du début du XXe siècle, avant de recentrer son œuvre sur la nature morte et les paysages. Cette rétrospective ambitieuse, présentée dans les Galeries nationales du Grand Palais, propose une mise en perspective de son travail avec la peinture, la littérature ou la musique de son temps.

Un parcours chronologique guide le visiteur à travers les différentes périodes de création de l’artiste, « depuis le fauvisme jusqu’à l’œuvre ultime qui culmine dans les séries éblouissantes des grands ateliers et des oiseaux », en passant par le cubisme, les Canéphores des années 20 ou les derniers paysages qu’aimait Nicolas de Staël.

Né en 1882 à Argenteuil, Georges Braque a grandi au Havre, où il a étudié aux Beaux-Arts, avant de rejoindre Paris au début du XXe siècle. Il deviendra l’un des artistes les plus marquants pour les nouvelles générations et  sera reconnu internationalement comme l’un des peintres majeurs du XXe siècle. Il meurt à Paris le 31 août 1963.

Lors de cette exposition passionnante, on découvre ou redécouvre également ses collaborations ou complicités avec Picasso, Erik Satie,  les poètes Pierre Reverdy, Francis Ponge et René Char ou encore les grands intellectuels de l’époque, Carl Einstein ou Jean Paulhan. Une section de l’exposition est quant à elle consacrée à l’œuvre de Georges Braque vue par les photographes Man Ray, Doisneau ou Cartier-Bresson.

Plus d’infos sur le site officiel du Grand Palais : www.grandpalais.fr/
Photo : L’Oiseau noir et l’oiseau blanc,1960 © Leiris SAS Paris © Adagp, Paris 2013

Musée Galliera : un écrin pour la mode et la couture

Après de longs mois de travaux, le Palais Renaissance du Musée Galliera rouvre ses portes le 28 septembre 2013. Ce musée dédié à la mode présente uniquement des expositions temporaires mettant en scène les grands noms de la couture et les styles de vêtements du XVIIIe siècle à aujourd’hui. Et pour fêter sa réouverture, il a choisi de célébrer le couturier Azzedine Alaïa en lui consacrant une première rétrospective parisienne.

Bonne nouvelle pour les amoureux de mode et de haute couture : le Palais Galliera, musée de la mode de la Ville de Paris, rouvre ses portes dans quelques jours. Et pour marquer l’évènement, il a choisi de consacrer sa première exposition au grand couturier Azzedine Alaïa.

L’exposition « Alaïa » est présentée du 28 septembre 2013 au 26 janvier 2014, dans les galeries rénovées du musée, ainsi que dans la salle Matisse du Musée d’Art moderne tout proche. Le public pourra admirer notamment une sélection de 70 modèles iconiques retraçant le parcours créatif unique d’Azzedine Alaïa. Les robes d’exception d’Alaïa seront exposées dans une scénographie confiée au designer Martin Szekely.

Ce sera l’occasion de redécouvrir le parcours étonnant de ce styliste et grand couturier né à Tunis, installé en France, connu et reconnu dans le monde entier, qui a su survoler les modes avec succès et indépendance, et qui est devenu, en un demi-siècle, internationalement renommé pour ses robes sculpturales.

Situé dans le 16e arrondissement de Paris, entre l’avenue Pierre 1er de Serbie et l’avenue du Président Wilson, le musée a pour écrin le palais de la duchesse de Galliera édifié entre 1878 et 1894. Le lieu, qui garde la mémoire de trois siècles de mode, s’est donné pour mission de proposer de prestigieuses expositions, exclusivement temporaires, qui font revivre l’histoire de la mode, et permettent aux visiteurs de découvrir une partie d’un fonds riche de 100 000 pièces. Des pièces qui sont le reflet des codes de l’habillement et des habitudes vestimentaires en France, du XVIIIe siècle à nos jours.

Ainsi, au fil des collections, parmi les plus riches du monde, le public peut admirer de somptueux habits des XVIIIe et XIXe siècles, les œuvres des grands couturiers et créateurs, mais aussi des accessoires (bijoux, cannes, chapeaux, chaussures, sacs, éventails, gants, ombrelles, parapluie…), des estampes, photographies, gravures…

Le Palais avait fermé ses portes en 2009 afin que soit entrepris des travaux d’envergure de rénovation, de sécurité et d’accessibilité. Pendant sa fermeture, le Musée Galliera a continué de proposer des expositions hors les murs, notamment aux Docks-Cité de la Mode et du Design ou à l’Hôtel de Ville de Paris. A partir du 28 septembre 2013, il rouvre donc ses portes et les visiteurs du Palais Galliera sont invités à redécouvrir ce bâtiment d’inspiration Renaissance, désormais accessible à tous, doté de galeries rénovées et d’installations techniques modernisées.

Plus d’infos : http://www.paris.fr/pratique/musees-expos/musee-galliera/p5854
(© photo : Mbzt)

Jardin des Plantes : un lieu de sciences et de vie

Le Jardin des Plantes, partie intégrante du Muséum d’histoire naturelle, s’étend sur plus de 23 hectares au cœur du 5e arrondissement de Paris. Comme l’a si bien chanté Charles Trenet, c’est un jardin botanique extraordinaire, célèbre notamment pour ses parterres à la française bordés de platanes, mais pas seulement.

Lieu unique, plein de charme, riche d’un patrimoine exceptionnel, le Jardin des Plantes accueille le public depuis près de 400 ans. Ce site exceptionnel est composé de 11 jardins. Le jardin alpin, qui s’étend sur 4000 m2, rassemble à lui seul près de 2000 espèces végétales montagnardes. Vous pourrez flâner également dans le jardin des pivoines, le jardin des abeilles et des oiseaux, le jardin des Iris et des plantes vivaces, le potager, le jardin écologique, de roses et de roches, le labyrinthe…

Mais cette odyssée au cœur de la nature ne s’arrête pas là. Le public est aussi invité à découvrir le jardinage, les coulisses du site, comme la graineterie et la roselière, ou encore à s’intéresser aux métiers du jardin en rencontrant ceux qui sèment, repiquent, taillent, bêchent, sélectionnent, bouturent, illustrent, étudient, enseignent, archivent, entretiennent…

Au fil de la balade, admirez les grandes serres qui font partie de l’histoire et du paysage du Jardin des Plantes depuis le XVIIe siècle. Elles embarquent les visiteurs pour quatre voyages différents, à la découverte de la biodiversité végétale de notre planète : la serre des forêts tropicales humides, la serre des déserts et milieux arides, la serre de Nouvelle-Calédonie et la serre de l’histoire des plantes.

Mais le Jardin des Plantes, c’est aussi un zoo, au cœur de Paris, le plus vieux de la capitale, qui abrite 1800 animaux dont un tiers représente des espèces menacées d’extinction. Ces espèces rares et extraordinaires sont présentées dans un site de près de 6 hectares, exceptionnel par son architecture (200 ans d’histoire) et une végétation incroyable (plus de 400 arbres).

Vous y découvrirez 240 mammifères (orangs outans, panthères des neiges, petits pandas…), près de 400 oiseaux,  plus de 200 tortues, crocodiles, lézards et serpents, 140 amphibiens, 900 insectes, crustacés et araignées. Parmi les constructions remarquables de la ménagerie figurent la grande volière, construite en 1888 et unique au monde, ainsi que le Vivarium, construit en 1926, la Singerie qui date de 1936 et la Fauverie.

Vous pourrez terminer votre balade en faisant halte à la bibliothèque du Muséum, spécialisée en sciences naturelles, qui sert d’écrin à 7000 vélins, 3000 manuscrits et 800 000 volumes imprimés.

Le Jardin des Plantes vous propose une découverte scientifique, pédagogique mais aussi ludique qui plaira à tous les publics.

Plus d’infos sur le site officiel du Jardin des Plantes : www.jardindesplantes.net
(© photo : Spiridon Manoliu)

Mondial du Chocolat et du Cacao : saveurs magiques

Rendez-vous incontournable de tous ceux qui partagent la même passion pour ce produit d’exception, le Mondial du Chocolat et du Cacao de Paris se tiendra du 30 octobre au 3 novembre 2013, à la Porte de Versailles. Partez à la découverte des grands noms du chocolat, de la haute pâtisserie, de la confiserie, des produits régionaux… et d’un salon international qui se veut un lien entre entre les hommes qui cultivent le cacao et ceux qui consomment le chocolat.

Événement mondial devenu un véritable label international, le Salon du Chocolat et du Cacao de Paris accueillera pendant 5 jours, à la Porte de Versailles, plus de 400 participants, chocolatiers, chefs et chefs pâtissiers, conférenciers et experts du cacao, venus du monde entier.

Cette édition 2013 devrait combler les gourmands puisque le Mondial du Chocolat s’agrandit en passant de 12 500 m2 à 20 000 m2, et s’articulera autour d’une question « aussi gourmande qu’existentielle » : Pourquoi le chocolat est-il magique ?

Au fil de votre visite, vous pourrez découvrir le Cacao Show, un espace de rencontre qui présente, sous le signe de la fête et de la culture, danses, chants, rites ou traditions des pays producteurs de cacao. Plus loin, le podium Choco Démo accueillera les plus grands chefs, chefs pâtissiers, chocolatiers et jeunes talents français et internationaux qui réaliseront leur meilleurs recettes chocolatées.

Vous pourrez faire halte dans la Chocosphère, qui propose des conférences-dégustations animées par les plus éminents spécialistes, des personnalités et des amateurs avertis, fins connaisseurs du cacao et des subtilités du chocolat, ou à la Librairie Chocolat, un espace dédié aux ouvrages sur le thème du chocolat et de la pâtisserie.

Le nouvel espace « Confiserie » du Salon du Chocolat présentera des démonstrations gourmandes. Ce Pastry Show permettra à des artisans, des jeunes talents, des chefs et chefs pâtissiers confirmés mais également à des amateurs de présenter leur meilleures recettes.

Une belle place est également réservée aux enfants de 4 à 10 ans qui peuvent se retrouver à l’espace Chocoland et devenir de véritables chefs, avec toque et tablier. Ces ateliers ont pour but de leur donner envie de goûter, d’inventer, de créer une multitude de décors culinaires. Ils pourront également participer à L’Atelier des Petits Choux où sont organisées pour eux des activités ludiques autour de la confiserie et de la pâtisserie : enrobage de guimauves, création et personnalisation de sucettes …

Mais le Mondial du Chocolat, c’est aussi une foule d’autres rendez-vous comme les concours, le célèbre défilé de robes en chocolat, pour lequel, chaque année, couturiers et chocolatiers conjuguent leur savoir-faire et leur créativité, ou la cérémonie des Awards du Chocolat décernés aux chocolatiers les plus emblématiques de l’année qui se sont illustrés par la qualité et la créativité de leurs réalisations, tant dans le domaine des bonbons au chocolat que de la tablette ou autres alliés du chocolat.

Plus d’infos sur le site officiel du Parc des Expositions : www.viparis.com/
Plus d’infos sur le site officiel du Salon : www.salonduchocolat.fr
(© photo : Défilé 2012 – Georges Biard)

Muséum d’Histoire naturelle : une odyssée fantastique

Le Muséum national d’Histoire naturelle, qui a pour missions principales la recherche et la diffusion de la culture scientifique naturaliste, est un site grandiose dont le siège est situé à Paris, au Jardin des Plantes, mais qui comporte également d’autres lieux dans la capitale et dans toute la France.

Le Muséum d’Histoire naturelle est un écrin pour des collections scientifiques comprenant plus de 62 millions de spécimens, parmi les plus riches du monde, ainsi que des espèces vivantes. Les principales missions de l’établissement sont la conservation de collections scientifiques, la diffusion de la culture scientifique dans les spécialités propres à l’établissement, la recherche, la formation à la recherche, et l’expertise scientifique.

Les spécialités du musée concernent les disciplines propres à l’histoire naturelle. Autant dire que les domaines auxquels le Muséum vous propose de vous intéresser sont nombreux : zoologie, mycologie, microbiologie, écologie, paléontologie, botanique… Animaux vivants ou naturalisés, plantes vivantes ou en herbiers, graines, fossiles, minéraux, roches, météorites, objets ethnographiques, objets et documents scientifiques… l’ensemble des collections séduit près de 2 millions de visiteurs par an tous sites confondus.

Le site principal, qui s’étend sur plus de 25 hectares dans le 5e arrondissement de Paris, se compose de plusieurs espaces : le Jardin des Plantes, la Ménagerie, la Galerie de minéralogie et de géologie, la Galerie d’anatomie comparée et de paléontologie.

C’est ici aussi que se trouve l’un des lieux les plus prisés des visiteurs : la Grande Galerie de l’évolution, consacrée à la diversité du vivant et à l’influence de l’Homme sur l’évolution des espèces. Elle met en scène des milliers de spécimens d’animaux naturalisés plus vrais que nature.  Cet ensemble spectaculaire (3000 spécimens exposés dans la seule nef, et 7000 dans tout le lieu), installé dans un espace de 55 m et haut de 30 m, compose une scénographie remarquable qui raconte l’histoire de l’évolution en trois actes. Tout ici restitue l’histoire des transformations des espèces, depuis les origines de la vie, il y a environ 4 milliards d’années.

L’ensemble de cette Grande Galerie contient 6 000 m2 d’exposition répartis sur 3 niveaux. Au fil d’une visite passionnante, vous découvrirez notamment une salle consacrée exclusivement aux espères menacées ou disparues comme un curieux zèbre, le couagga, utilisé naguère comme bête de trait, ou une tortue géante de l’île Rodrigues.

Le Museum propose une visite passionnante et enrichissante à tous les publics, en témoigne la galerie des enfants, ouverte en 2010, qui sensibilise les jeunes à la biodiversité grâce à un parcours original et des ateliers ludiques. Et s’il ne fallait citer qu’un exemple du voyage extraordinaire que propose le musée, ce serait celui du seul exemplaire au monde de calmar géant, une femelle de 9 m de long, conservé et naturalisé ici.

Site incontournable si l’on est en villégiature à Paris, le Museum national vous propose une odyssée fascinante dans l’histoire de l’évolution et des sciences naturelles.

Plus d’infos sur le site officiel du Museum d’Histoire naturelle: www.mnhn.fr/le-museum
(© photo : Andreal90)

Théâtre des Champs-Élysées : Gala des Étoiles du XXIe siècle

Le Théâtre des Champs-Élysées se prépare à accueillir le « Gala des étoiles du XXIe siècle », un gala international de danse qui réunit les grands danseurs étoiles des plus prestigieuses compagnies de ballets du monde.  Rendez-vous du 20 au 22 septembre 2013.

C’est dans l’un des plus beaux lieux de spectacles parisiens, le Théâtre des Champs-Élysées, qu’a lieu chaque année le « Gala des Étoiles du XXIe siècle ». Un rendez-vous incontournable pour les admirateurs de danse. Cette année, pour la 16e édition, le rendez-vous est fixé du 20 au 22 septembre 2013. Des danseurs étoiles, parmi les plus prestigieux du monde, et dont certains se produisent à Paris pour la première fois, sont attendus pour cet évènement exceptionnel.

Le public pourra également découvrir et applaudir le talent de jeunes interprètes destinés à devenir les grandes Étoiles de demain.

Le Gala propose un programme varié et équilibré, alternant pas de deux du répertoire classique et pièces contemporaines, qui permet aux danseurs de montrer à un public de connaisseurs les différentes facettes de leur talent.

Le Théâtre des Champs-Élysées, construit en 1913,  dresse son imposante façade sur l’avenue Montaigne, non loin du pont de l’Alma et de la Seine. Sa salle de spectacle, souvent considérée comme l’une des plus belles de Paris, accueille représentations lyriques, concerts symphoniques et danses. Le théâtre est donc un écrin de choix pour abriter chaque année le Gala international des Étoiles.

La distribution : Yana Salenko et Daniil Simkin (Opéra de Berlin/American ballet Theatre); Kateryna Shalkina et Julien Favreau (Béjart Ballet Lausanne); Maria Kochetkova et Taras Domitro (San Francisco Ballet); Evan McKie (Ballet de Stuttgart); Kayoko Everhart, Daan Vervoort et Mattia Russo (Compania Nacional de Danza Madrid); Madina Basbayeva et Tair Gatauov (Ballet national de l’Opéra d’Astana-Kazakhstan); Sarah Clark (National ballet of Canada).

Plus d’infos sur le site officiel du Théâtre : http://www.theatrechampselysees.fr/
(© photo : théâtre des Champs-Élysées)

Exposition au musée Rodin : quand les marbres prennent vie…

Durant les travaux de rénovation du musée Rodin à Paris, la salle d’expositions temporaires de la chapelle accueille, jusqu’au 1er septembre 2013, une exposition exceptionnelle baptisée « Rodin, la chair, le marbre » qui propose au public de découvrir une autre facette de l’artiste.

Situé près des Invalides et de la Tour Eiffel, le musée Rodin est niché dans un hôtel particulier du 18e siècle, l’Hôtel Biron, entouré d’un splendide écrin de verdure de 3 hectares. Des jardins à la française, paisibles et romantiques, dans lesquels s’épanouissent plantes, arbres, arbustes… et sculptures d’Auguste Rodin.

Le musée permet de découvrir de nombreuses sculptures du maître et des œuvres de Camille Claudel, des collections qui témoignent également du goût d’Auguste Rodin pour la collection d’œuvres d’art : dessins, estampes, peintures, céramiques, photographies et antiques.

Actuellement et jusqu’en 2014, le musée Rodin est l’objet de travaux de rénovation et de muséographie d’envergure. C’est dans la chapelle, inaugurée en 2005 après deux ans de rénovation, et qui accueille désormais une salle pour les expositions temporaires, une boutique, un auditorium et le hall d’accueil, que le public est invité à découvrir une exposition exceptionnelle : « Rodin, la chair, le marbre ».

Une cinquantaine de marbres et une dizaine de maquettes en terre cuite ou en plâtre, dont plusieurs venant de collections privées, sont présentées, qui témoignent de l’importance de ce matériau et du traitement qui lui est réservé dans l’œuvre de Rodin. Ou quand les marbres, durs et froids, acquièrent souplesse et chaleur grâce au talent de l’artiste.

Le marbre renvoie à l’Antiquité, au mythe de la Grèce antique, à l’Italie renaissante à travers la figure de Michel-Ange. Si Rodin était avant tout un modeleur et un homme du plâtre, ses contemporains avaient vu en lui le dominateur de la pierre devant lequel « le marbre tremble ». Bien qu’il ait fait appel dès ses débuts à des praticiens, ses marbres sont parfaitement  identifiables, comme son style, en particulier son utilisation du non finito, imité par d’autres artistes

Cette exposition, conçue en trois sections chronologiques (L’illusion de la chair, La figure dans le bloc, et Vers l’inachèvement), met l’accent sur les partis pris esthétiques du sculpteur, son évolution stylistique, et dévoile une autre facette de l’artiste mort en 1917.

Le musée Rodin assure depuis 1919 la conservation et la diffusion de l’œuvre d’Auguste Rodin, à travers ses deux sites : l’Hôtel Biron, rue de Varenne, dans le 7e arrondissement de Paris, et la Villa des Brillants à Meudon, dans les Hauts-de-Seine (où se trouve la tombe de l’artiste). Le musée conserve une collection d’une grande diversité qui comprend : 6 600 sculptures, 8 000 dessins, 8 000 photographies anciennes et 7 000 objets d’art. Avec 700 000 visiteurs par an, le musée Rodin compte parmi les musées français les plus importants.

Plus d’infos sur le site officiel du Musée Rodin : www.musee-rodin.fr
(© photo : Geolina163)

Père-Lachaise : un cimetière de renommée mondiale

L’un des sites les plus prestigieux, les plus visités et les plus populaires de Paris est… un cimetière ! Connu dans le monde entier, le cimetière du Père-Lachaise, situé dans le 20e arrondissement, est célèbre pour sa conception, son cadre unique, mais plus encore pour les sépultures des nombreuses personnalités qu’il abrite.

Le Père-Lachaise (du nom du confesseur de Louis XIV) est le plus grand cimetière de Paris. Il s’étend sur 44 hectares et comprend 70 000 concessions. Il est aussi le cimetière le plus visité du monde avec chaque année 2 millions de visiteurs.

Ceux qui franchissent le seuil du Père-Lachaise viennent notamment visiter les tombes des innombrables personnalités enterrées ici. Parmi elles : Honoré de Balzac, Guillaume Apollinaire, Frédéric Chopin, Alphonse Daudet, Colette, Sarah Bernhard, Jean de La Fontaine, Molière, Yves Montand, Simone Signoret, Franck Alamo,  Alfred de Musset, Pierre Desproges, Edith Piaf, Camille Pissarro, Oscar Wilde, Georges Moustaki, Alain Bashung… ou encore  Jim Morrison, le chanteur des Doors, qui fait aujourd’hui encore l’objet d’un véritable culte et dont la sépulture est gardée.

Ici, l’atmosphère n’est ni triste, ni pesante. L’idée de s’y balader n’a rien de morbide. C’est un endroit plein de charme et d’histoire. Un cimetière qui se visite tout simplement comme on visiterait un musée en plein air.

Vous y découvrirez tous les styles d’art funéraire : tombe gothique, caveau haussmannien, mausolée à l’antique… Au fil de votre visite, vous pourrez admirer des tombes décorées par des artistes, des monuments grandioses, un vaste jardin, des rues pavées, des allées ombragées … Plusieurs éléments funéraires ont été classés Monuments historiques et notamment le portail d’entrée, la chapelle, le mur des Fédérés (contre lequel 147 communards, dirigeants de la Commune de Paris, furent fusillés le 28 mai 1871), les monuments funéraires d’Oscar Wilde, de Chopin, de Molière, de La Fontaine, d’Héloïse et Abélard …

Mais le Père-Lachaise est aussi l’un des plus grands espaces verts de la capitale, ce qui en fait un lieu de promenade très agréable. On y dénombre 5300 arbres et parmi eux, deux arbres remarquables : un érable de Montpellier, de 12 m de haut et de 2,25 m de circonférence, planté en 1883, et un marronnier d’Inde de 22 m de haut et 3,45 de circonférence, planté en 1880. Une faune remarquable a également élu domicile ici puisqu’on dénombre notamment une quarantaine d’espèces d’oiseaux et plus de 260 espèces de coléoptères.

Vous pourrez vous y promener seul, au risque de vous perdre dans les allées et de ne jamais trouver la tombe de la personnalité pour laquelle vous êtes venu, ou profiter d’une visite guidée passionnante qui vous révélera de nombreuses anecdotes.

Plus d’infos sur le site officiel du Père Lachaise : www.pere-lachaise.com/
(© photo : Peter Poradisch)